l’art urbain

K-LIVE 2017 : 10ème EDTION > 10 ARTISTES INVESTISSENT LA VILLE DE SèTE 10 UNIVERS DIFFÉRENTS POUR ENRICHIR LE MaCO le Musée à Ciel Ouvert de Sète.

SATONE (DE) / LEVALET (FR) / LES MONKEYBIRD (FR) / MADAME (FR) / MADEMOISELLE MAURICE (FR) / CODEX URBANUS (FR) / ERELL (FR) / QUENTIN DMR (FR) / EXPO FRED TROBRILLANT (FR)

10 artistes présents sur l’édition 2017 du festival K-LIVE, réaliseront des œuvres dans de nombreux quartiers de la ville de Sète du 29 mai au 4 juin. Toute personne, qui le souhaitera, pourra librement regarder travailler les artistes. Des visites guidées gratuites du MaCO seront également organisées par K-LIVE et l’Office de Tourisme de Sète pendant cette semaine de festival (du jeudi 1er juin au samedi 3 juin de 17h à 18h30 et dimanche 4 juin de 10h à 11h30 – Sans réservation, se présenter un 1/4 d’heure avant la visite devant l’Office de Tourisme, 60, Grande Rue Mario Roustan).

SATONE

Né au Venezuela, Rafael Gerlach alias SatOne est aujourd’hui établi à Munich. En débutant par le graffiti dès les années 90, puis en entamant quelques années plus tard une formation de graphiste, il développe peu à peu un champ d’exploration bicéphale qui associe abstraction et couleur. S’il se revendique indépendant et affranchi de tout mouvement artistique, il reste néanmoins attaché à l’histoire de ses travaux réalisés dans l’espace public à travers le monde.
En parallèle, l’expression plastique et technique qu’il manifeste dans ses toiles révèle une réflexion introspective liée entre l’ouvre et le spectateur. SatOne perçoit dès lors son atelier comme un laboratoire d’expérimentations ; misant ainsi sur une esthétique riche, libre et ouverte sur l’analyse personnelle.
http://www.satone.de

LEVALET

Charles Leval, dit Levalet, est né en 1988 à Epinal. Il grandit en Guadeloupe, région où il entre au contact de la culture urbaine, puis des arts plastiques.
Il poursuit ses études d’arts visuels à Strasbourg ; son travail, alors davantage tourné vers la vidéo, se nourrit d’une pratique théâtrale assidue. Il obtient l’agrégation en 2012, année où son travail commence à prendre place dans les rues de Paris. Il a depuis participé à de nombreuses expositions dont plusieurs Solo shows, et participé à quelques rencontres internationales.
L’oeuvre de Levalet est avant tout un travail de dessin et d’installation. Il met en scène ses personnages dessinés à l’encre de chine dans l’espace public, dans un jeu de dialogue visuel et sémantique avec l’environnement présent. Les personnages interagissent avec l’architecture et se déploient dans des situations frôlant souvent l’absurde.
http://www.levalet.xyz

MONKEYBIRD

Monkeybird est l’association de deux artistes français, qui ont choisi de retranscrire des thèmes sociaux en fables murales, grâce à la représentation d’animaux totems à la symbolique élaborée.
Les Monkeybird encouragent l’homme à trouver un juste équilibre, entre ses obsessions matérielles et ses fantasmes de liberté, afin de se construire en tant qu’animal social.
Leur inspiration est principalement tirée d’oeuvres sacrées ou lyriques telles que les enluminures, les vitraux, l’ornementation architecturale mais aussi des illustrations fantastiques de la période « Arts and Crafts » ou des estampes japonaises.
Artistes à l’originalité graphique marquante, ils alimentent le paysage urbain international par la poésie de leurs oeuvres.
https://www.facebook.com/MonkeyBirdCrew

MADAME

L’érotisme léger des créations de Madame est une première accroche qui capte le regard. Le détournement de ces images porte un message contestataire.
Au-delà de la plaisanterie, de la provocation, il y a un sens plus profond. Les oeuvres teintées de nostalgie explorent la frontière des genres, prônent la tolérance, l’amour et la réciprocité dans les rapports humains. Le jeu avec les convenances révèle en chacun de nous l’esprit d’enfance. Madame fait preuve d’une extravagance joyeuse et ne boude pas un certain plaisir de subversion.
http://www.madamemoustache.fr

MADEMOISELLE MAURICE

Née et ayant grandi dans les montagnes haut-savoyardes, Mademoiselle Maurice est une artiste française de 29 ans.
Aujourd’hui installée à Paris, Mademoiselle Maurice élabore puis crée au sein de sa mini pièce de travail d’innombrables oeuvres colorées , portant les fruits d’un parcours riche d’influences et d’enseignements.
Via l’origami, ou la dentelle, voire la broderie, ou encore d’autres techniques mixtes, elle donne naissance à des oeuvres en prise directe avec son quotidien.
Ses matériaux fétiches étant le papier et le fil, elle aime mettre en forme des matériaux nobles et naturels de manière complexe.
De ces créations ouvertement positives, ultra colorées et revendicatives, émane un carrousel d’émotion ou tout un chacun trouve écho à sa propre sensibilité.
http://www.mademoisellemaurice.com

CODEX URBANUS

Codex Urbanus est un street artist parisien qui, à la façon d’un alchimiste vandale, décline depuis plusieurs années un bestiaire de chimères sur les murs de la ville. Dessinées à même le mur, au gré de ses virées nocturnes, ces animaux fantastiques apportent une touche de poésie inattendue dans les rues, transformant Paris en une sorte de grimoire de béton dont les pages tournent au gré du passage des équipes de propreté municipale.
Aujourd’hui, de Montmartre aux galeries de Street Art, l’art de Codex Urbanus s’exprime sous des formes différentes, et participe de la personnalité diverse et foisonnante de la scène de l’art urbain parisien…
http://www.codexurbanus.com

ERELL

Actuellement designer et artiste officiant entre Lyon, Paris et Saint-Etienne, Erell expérimente au grand jour une forme d’appropriation éphémère de l’espace urbain. Son travail est issu du graffiti et plus précisément du tag. Au fil du temps et de ses études artistiques, sa signature a évolué pour devenir son écriture.
Ses motifs adhésifs – les particules – sont une schématisation du tag qui, comme lui, prolifèrent et se répandent dans la rue. Leur forme est pensée pour se démultiplier afin de générer une infinité de motifs « moléculaires » et de compositions géométriques qui interagissent avec l’architecture ou le mobilier urbain.
En envahissant sporadiquement les espaces publics des villes dans lesquelles il intervient ( Paris, Marseille, Lyon, Bordeaux, Berlin, Prague, New York, San Francisco…) il veut attirer le regard des passants, les intriguer, modifier la perception qu’ils ont de l’espace urbain et les invite à chercher au détour des rues, des signes disséminés sur leur passage.
https://www.facebook.com/erell.urbanart

QUENTIN DMR

Quentin DMR est né au Havre en 1988. Très jeune il commence à pratiquer la photographie d’architecture et le portrait. Sa pratique artistique murie et est résolument tournée vers «l’humain et son environnement social», elle conserve comme une part d’engagement militant simple qui veut provoquer par l’image, le regard, un sentiment instantané, un ressentis brut. Une volonté marquée d’un mouvement fondamental de reconstruction habite ses productions.
Inspiré par la photographie contemporaine et le mouvement artistique «Supports/ Surfaces», il allie dans ses oeuvres le bois et le papier. Les principes de mémoire et de déconstruction ont pour lui une fonction primordiale. Repenser l’identité dans un mouvement psychique inspiré et simple.
https://www.instagram.com/quentin_dmr_art/