Qu’est ce qui peut rapprocher deux festivals aussi différents que le Festivoix de Trois-Rivières (Québec) et K-LIVE à Sète (France) ? A priori, pas grand chose. Le premier est essentiellement consacré à la musique, qu’il propose sur une dizaine de scènes différentes. Le second, s’il intègre des concerts dans sa programmation, est avant tout un évènement consacré à l’art urbain. Un océan les sépare, au sens propre comme au sens figuré.

Et pourtant, les points de convergences sont nombreux, et touchent divers domaines. Le premier, est d’ordre « géographique ». A Sète, nous avons la chance d’avoir un des plus beaux lieux de concert du monde, le Théâtre de la Mer, avec la méditerranée en arrière scène. A Trois-Rivières, la grande scène a aussi une superbe étendue d’eau comme décors. Certes, ce n’est pas la mer, mais tout de même un fleuve magnifique : le Saint-Laurent.

Autre point commun, d’ordre organisationnel cette fois : les bénévoles. Évidemment, on peut difficilement comparer les deux festivals en termes de taille, le Festivoix est bien plus important (environ 300 bénévoles, contre une vingtaine pour K-LIVE). Mais sans leur bonne volonté et leur engagement, aucun des deux évènements ne pourrait exister.

Troisième élément qui rassemble nos deux festivals, et pas le moindre : leur objectif. Pour K-LIVE, comme pour le Festivoix, la vocation est de faire profiter de l’art, de la culture, au plus grand nombre, et avant tout à la population de la ville qui l’accueille. K-LIVE, en faisant réaliser des fresques sur les murs de la ville de Sète, a offert aux Sétois un Musée à Ciel Ouvert, gratuit et visible tout au long de l’année. Le Festivoix, en choisissant de proposer des tarifs très abordables (39 $ le passeport donnant accès à l’ensemble des spectacles) permet à beaucoup de Trifluviens d’être de la fête. Bien entendu, dans un cas comme dans l’autre, les touristes en profitent également…

Enfin, je terminerai par le point commun le plus flagrant à mes yeux : moi ! N’y voyez pas un excès de  narcissisme de ma part, mais après avoir occupé, en tant que bénévole, un poste dans l’équipe de communication du Festivoix pendant 3 éditions, entre 2009 et 2011, j’ai intégré la dream team de K-LIVE, pour en devenir, à ce jour, un des organisateurs, toujours bénévole.

L’amitié et l’envie de partager, voilà ce qui m’a amené à m’engager dans ces deux aventures passionnantes, et voilà pourquoi je continue. Si vous avez l’occasion, comme moi, de participer à l’organisation d’un évènement culturel, même de façon modeste, n’hésitez pas, l’expérience est riche.

 La 8ème édition de K-LIVE se termine le 28 juin à Sète, la 22ème du Festivoix débute le 26 juin à Trois-Rivières. Peut être nous y croiserons nous…

 Yann – Co-organisateur du K-LIVE Festival et ex bénévole du Festivoix