Lors de K-Live 2011, un personnage haut en couleurs (c’est le cas de le dire), a illuminé le festival, l’invité de la partie « Street Art », l’excellent Epsylon Point. Epsy pour les intimes, un gai luron d’une petite soixantaine d’année, pionnier français du pochoir, fait partie de la première génération des artistes urbains français du début des années 80. Figure de « l’impolitiquement correct », Epsylon Point s’intéresse à des sujets sensibles tels que le monde ouvrier, les conflits mondiaux ou encore les scènes érotiques.
A Sète, pour le Musée à Ciel Ouvert de K-Live, Epsylon s’est évidemment frotté à Brassens. Il a souhaité rendre hommage au poète à la pipe, notamment en adoptant son attitude…

Epsylon est  un homme passionné par son art, ayant du mal à se séparer des bombes de peinture qu’il manie avec brio. Aujourd’hui, Epsylon Point est considéré par tous comme une figure incontournable du mouvement Street Art. Mais Epsylon est avant tout un homme très sympathique.

Accompagné de son ami Christian et de Spliff Gâchette, une des membres de La Meute, groupe d’artistes qui s’est formé autour de lui, Epsylon a passé un séjour sétois fatiguant, mais agréable. Il en sera sûrement de même pour C215 cette année.

Le voici en pleine action sur un mur sétois :