À propos

Le K-Live propose une immersion totale au cœur de l’univers artistique d’aujourd’hui et de demain. C’est un concept original, multidisciplinaire, un festival qui crée un pont entre arts plastiques, arts urbains, architecture éphémère et concerts de musiques actuelles.


Depuis 2008, K-Live investit, chaque année un peu plus, la ville de Sète. Centré sur le fameux Théâtre de la Mer, le festival s’étend dans d’autres espaces culturels, touristiques et urbains.

Côté musique…



Pour la deuxième année, K-Live lance la saison du Théâtre de la Mer. Et c’est le groupe de rock new-yorkais, The Jon Spencer Blues Explosion, qui en sera la tête d’affiche, le 27 mai. Un before dans un autre lieu emblématique au cœur de la ville de Sète, l’hôtel de Paris, ainsi que des afters sur la plage viendront compléter le programme musical.


Coté expositions…


K-Live 2011 prend aussi de l’ampleur. Dans le cadre de l’année Brassens, un hommage original à l’enfant chéri de Sète sera rendu dans la Chapelle du Quartier Haut par deux artistes, TABAS et Grégory Decock.

Les rues et les murs de la ville serviront également d’écrin à l’exposition d’un artiste majeur de la scène Street Art, Epsylon Point. Après l’Atlas en 2008, Poch l’année suivante et Mr. Chat en 2010, ce pionnier de l’art urbain laissera son empreinte dans toute la ville.
En conservant certaines œuvres des artistes qui se sont succédés dans le cadre de K-Live, la Ville de Sète contribue à rendre pérenne un art éphémère, faisant de Sète un véritable musée à ciel ouvert !


Emmanuel de Brantes, dandy des temps moderne et surtout amateur et promoteur d’art urbain grâce à sa galerie Studio 55, parraine, cette année encore, K-Live.


En trois ans d’existence, K-Live s’est ouvert à un large public tout en gardant une grande exigence dans sa programmation. L’édition 2011, perpétue cet objectif de qualité et se positionne comme un évènement majeur de la saison culturelle sétoise.